mardi 10 décembre 2013

Raconter pour la dépasser.


Dans une semaine jour pour jour ma poupée aura 1 an, 1 que je lui ai donné naissance, 1 an qu’elle est sortie de moi mais aussi 1 an sans que je ne cesse de repenser à ce jour là.
Ca n’a pas été une délivrance facile même si je sais que beaucoup de femmes ont vécues pire que moi. Mais je n’arrive pas à dépasser cela. Alors j’ai décidé de la raconter cette délivrance, ces jours à la Maternité,  de l’étaler touche après touche de mon clavier pour peut être enfin réussir à l’accepter.

19h00 : premières contractions régulières, toutes les 7 minutes. Tout va bien elles sont très légères.
22h30 : rien n’a changé. J’appelle la Mater qui me conseille de rester à la maison jusqu’à ce quelles deviennent TRES douloureuses.
2h00 : grosse contraction. 2h10, une autre, 2h20 une autre….
3h00 je me lève et découvre que je perds énormément de sang. Je réveille le barbu, Elyes qu’il faut déposer chez mes parents, je m’habille, on vérifie la valise une dernière fois et on y va. Une nouvelle contraction me plie en deux.
4h00 : arrivée à la mater. Celle là même où je travail. Celle où je me suis juré de ne jamais perdre le contrôle. Une nouvelle contraction forte, TRES forte, j’ai mal. Elle m’examine, cette sage femme que j’ai vue presque tous les jours ces derniers mois au boulot. Elle me sourit, me félicite, je suis à 6. On passe en salle d’accouchement. Encore une autre, j’ai mal. Elle m’examine à nouveau. Seulement 4 minutes se sont écoulées, j’ai l’horloge en face de moi, je suis à 10. Et là, la sentence tombe. Je n’aurais pas de péridurale c’est trop tard. Je m’effondre, à l’intérieur, je dois faire face, j’ai peur, j’ai mal, j’en serais incapable.
Pousses, allez pousses, tu peux y arriver. Non je sais que c’est au dessus de mes forces. J’ai peur. J’ai mal. Ca va durer 1 heure pendant laquelle je pousse et Ella remonte entre chaque poussée. Je pousse encore, j’ai mal, partout mais au dos surtout. J’ai l’impression qu’on m’arrache le bas du dos. J’ai peur, j’ai mal et je la vois cette sage femme d’habitude si souriante qui pâlit, qui sort de la salle pour vomir, elle stresse et me stresse. Je demande ce qu’il se passe. J’ai mal. Personne ne répond. J’ai peur. Elle revient, elle m’encourage. Je pousse encore, mais rien n’y fait. Ella est bloquer et son rythme cardiaque chute, chute, dangereusement. J’ai peur. Encore.
5h00 : le médecin de garde arrive. Je suis livide à ses dires. J’ai mal, j’ai peur. Non plus de ne pas y arriver mais j’ai peur pour mon bébé. Et cette sensation étrange depuis le début de la grossesse qu’il va se passer quelque chose de mal. Il regarde le monitoring et pâlit, lui aussi. La sentence tombe. Encore une fois. On part au bloc, ma fille naitra en urgence sous anesthésie générale. Je ne la verrais pas. On me sort en trombe. Je croise le regard du barbu qui dans la panique a été laissé en salle d’attente. Il a peur lui aussi, il me le dira plus tard.
5h33 : Ella née. Enfin. Elle est inerte. Son cœur a flanché à 50 battements/minutes au lieu des 140/160 habituels. Elle est ventilée. Réanimée. Tout cela je ne le vois pas. Le barbu et l’équipe des soignants me l’expliqueront après. Ils m‘avoueront aussi s’être demandé comment ils allaient me dire, à moi une de leur collègue, que mon bébé n’était plus là. Parce qu’on est passé pas loin. Heureusement elle est là et je la découvre enfin le 17 décembre 2012 à 8h32. Toujours cette horloge face à moi.  

On passe quelques heures ensemble. Et voila un médecin qui entre dans la chambre. Il ne la trouve pas bien, trop jaune. Elle souffre d’un ictère néonatal sévère. La responsable ? MOI. Mon groupe sanguin et le sien ne sont pas compatible. Il va devoir la prendre. 12h. Pour sa photothérapie. On vient de se rencontrer elle et moi et déjà on nous sépare. 12h. 12h qui vont se répéter 2 fois car le premier traitement ne sera pas suffisant, il faudra recommencer. 12h. Encore. Je me retrouve seule dans cette chambre, sans bébé, sans la satisfaction de l’avoir mise au monde. Avec la culpabilité de l’avoir rendue malade. Malgré moi. J’ai peur. J’ai mal. Ce n’est qu’au 3ème jour que j’aurais l’impression de vivre quelque chose de normal. Elle et moi toutes les 2, les yeux dans les yeux. On se rencontre vraiment.

Comme je vous le disais plus haut. Il y a malheureusement des femmes qui vivent pire. Je ne suis pas à plaindre. Elle va bien. Mais je ne cesse de repenser chaque jour à CE jour, ces heures.
Merci à celles qui auront lu jusqu’au bout. Je sens déjà que l’avoir exprimé me fait du bien.
Je vous embrasse. Fort.

29 commentaires:

  1. Je suis émue.....vraiment la vie a été plus forte et cette puce est une merveille.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Nazca. C'est trés gentille de ta part.

      Supprimer
  2. J'ai vécu (quasiment) le même accouchement (raconté ici: . Sauf que moi j'ai été déclenchée pour pré-éclampsie mais mon col ne s'est jamais ouvert, en 12h de contractions très douloureuses http://papapanique.com/2013/10/un-accouchement-presque-parfait/ ).
    Mais ici aussi, la petite viking n'a pas supporté les contractions, son coeur chutait à chacune d'entre elles, jusqu'à 40bpm pendant plus d'une minute...
    Par contre pour moi la césarienne a été faite sous rachi-anésthésie et le papa a pu y assister... J'ai aussi eu la chance qu'on ne l'envoie pas en néonat (avec un bébé de moins de 2kg, la plupart des hôpitaux n'auraient même pas essayé de la laisser avec moi) et de pouvoir l'avoir dans ma chambre malgré la couveuse!
    Effectivement, ce sont des moments pas faciles et ça fait beaucoup de bien de les raconter!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton message ça fait du bien. J'espère que tu t'en remets doucement toi aussi.

      Supprimer
    2. Oui, je me remets tout doucement. mais c'est surtout grâce à ma petite viking qui a su montrer qu'elle était digne de son surnom et qui est sortie de sa couveuse en seulement 4 jours, de l'hôpital en une semaine et qui a rattrapé le poids "normal" en seulement trois mois. C'est une petite fille très forte :)
      Beaucoup de courage à toi!

      Supprimer
  3. Très émue de lire ces lignes... en te souhaitant de tout coeur que cette douleur s'estompera avec le temps qui passe...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te remercie de tout coeur pour tes mots. Ca fait du bien

      Supprimer
  4. J'ai lu ton récit ma jolie, ça m'a touché aussi parce que l'accouchement c'est jamais vraiment facile...Dans mon cas, ça été difficile pour les deux et plus particulièrement pour Sarah où ça été trés grave. Mais je veux te dire une chose, sache qu'on se remet de tout, et toujours... Si un jour tu n'as pas le moral dis toi que ça ira mieux demain, car c'est ça la vie des hauts et des bas...Mais quand on regarde nos petits bouts, on se dit que finalement ça va...Tes blessures ne diparaitront pas mais le temps les atténuera crois moi ;) pleins de bisous<3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma belle pour ton message. J'espère de tout coeur que tu te remets de cette naissnce difficile toi aussi. Je sais que a ira mieux. Mais ca me ronge. En parler va peut être me faire du bien. Je t'embrasse fort

      Supprimer
  5. Ton récit me parle d'autant plus que nos poulettes ont à peine 2h d'écart! Mais aussi parce que j'ai beaucoup souffert avant et que j'ai dilaté comme toi très rapidement! J'ai eu la péri alors que je la sentais pousser pour sortir. Elle a fait effet de suite et j'ai accouché immédiatement d'un bébé qui était en siège en salle d'opération avec 10 personnes autour de moi... Pas très intime... Bref tout ça pour dire que c'est possible d'avoir la péridurale à la dernière minute! J'appréhende du coup le 2ème car je sens que ça va aller vite....
    Dans une semaine tu penseras encore à ce jour mais encore plus à Ella et à sa 1ère bougie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui en effet pas trés intime comme tu dis. Mais je crois que dans ces moments là on s'en fiche un peu. Le principale est de les avoir avec nous dans de bonnes conditions. N'appréhende pas trop pour la suite. Chaque accouchement est différent tu sais.
      Et puis nos princesse du 17.12 sont des battantes, des amours!!!!

      Supprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  7. Heuuu....J'aurais pas dû lire ça je crois.
    Quel courage, ça a du être dur mais c'est derrière toi, elle est là, tout va bien c'est le principal.
    De grosses bises à vous deux <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais ma Sophie ne stresse pas. Heureusement le plus souvent tous se passe très bien :) je t'embrasse

      Supprimer
  8. Ce texte m'émeut, comme beaucoup de récit d'accouchement, et me fait peur à la fois.
    J'ai eu un accouchement parfait, mais travaillant dans un milieu où la naissance est souvent la raison du problème, j'avais peur, j'ai toujours peur pour le suivant. En préparation à l'accouchement, j'ai posé toutes ces questions, et on m'a répondu, un peu en rigolant, de ne pas m'inquiéter, ça n'arrive jamais.
    Et pourtant, je sais que quand je retournerais travailler dans quelques mois, alors que je choisirais un nouveau fauteuil roulant, donnerais une douche ou adapterais une table, les questions se feront bien plus présentes.
    Non, ça n'arrive pas qu'aux autres, et célébrer la vie a parfois un parfum aigre-doux.
    Bonne route sur le chemin de la guérison.

    RépondreSupprimer
  9. oh purée ma poule, quelle sale expérience! ton accouchement me fait relativiser le mien! J'espère qu'un jour tu n'y penseras plus, que ce sera bien loin tout ça! je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma douce. C'est vrai que ça n'a pas été simple toi aussi:( je t'embrasse fort

      Supprimer
  10. Je suis votre blog depuis le début mais discrètement. Quelle bonne idée de parler de cet événement si traumatisant. Les récits d'accouchement remuent chez nous toutes beaucoup d'émotions. On ne s'imagine pas (plus) qu'un accouchement puisse virer au cauchemar. En voyant Ella maintenant on ne s'imagine pas ce que vous avez pu traversé, elle est magnifique. Pour le reste, le temps fera son oeuvre. Je ne cesse également de penser à l'accouchement de ma mini à l'approche de son 1er anniversaire même si je n'ai pas traversé une épreuve aussi sérieuse. Je vous souhaite plein de courage mais aussi plein de bonheur à profiter de votre merveille

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre message Priscille. Vous êtes adorable. Bientôt 1 an ici aussi, des choses plus légères nous attendent:) à très bientôt par ici et n'hésitez pas a venir discuter :)

      Supprimer
  11. Je gardes aussi un souvenir très moyen de mon premier accouchement, Aloïs est né à 4kg500 à j+6 avec un liquide noir, il est né à 40 de temperature avec une infection et inerte avec 3 tours de cordon autour du cou et tiré à la ventouse, j'ai eu la peur de ma vie, accoucher avec 10 personnes autour de toi, ne pas entendre son bébé pleurer c'est atroce, il va merveilleusement bien mais moi j'ai mis 6 ans pour m'en remettre, 6 ans pour me dire allez on en fait un autre et cette seconde grossesse je l'ai vécu dans la crainte de l'accouchement, qui s'est merveilleusement bien passé d'ailleurs, comme dans les films héhé :) ta petite Ella est ravissante et le temps rendra ce passage de votre vie moins douloureuse ;) je t'embrasse et te souhaite une merveilleuse fin d'année :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Emma pour tes mots je suis sure que le temps fera son travail :)
      effectivement ça a du être trés dure pour toi aussi. Mais aujourd'hui il va bien et il faut se dire que c'est l'essentiel après tout. Je t'embrasse et te souhaite de jolies fêtes. A trés vite

      Supprimer
  12. Ella est là. Quel texte... j'espère que ça va mieux. Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui elle est la et c'est bien le principal!! Contenté de te voir passer par la. Je t'embrasse

      Supprimer
  13. Un accouchement est un moment tellement important !! Moi j'ai vécu le mien, seule avec mon mari, sans qui je n'y serai JAMAIS arrivée. Mon accouchement s'est très bien passé mais je sais que je le dois à mon mari, à ma fille et à moi même. Félicites toi de tout ce que tu as fait pour faire naître ta fille, car même si c'est un médecin qui l'a sortie de ton ventre, ça reste TOI qui l'a fait naître. Happy 1 à ta jolie

    RépondreSupprimer
  14. Pourquoi minimiser ce qu'il s'est passé ? Oui il y a toujours pire, c'est vrai, mais pas pour toi, et ce que tu as vécu a dû être tellement angoissant et traumatisant, ne t'excuse pas. Tu as bien fait de l'écrire, ça a du te faire du bien, c'est important de l'extérioriser et de l'accepter. Pour ma part ayant une malformation utérine j'ai du faire très vite le deuil d'une grossesse normale (nous en avions parlé à la vente au café cousu, tu te souviens ?), alitée pour mes 2 grossesses, césariennes obligatoires, allaitements ratés bref, pas que du bonheur comme on dit. Quand je vois des femmes enceintes se promener avec leur gros bide au 8ème mois je les envie car pour moi avec l'alitement, c'était au lit du 4è mois à la naissance, pas de couture et pas de préparatifs, un bébé qu'on sort de ton ventre mais qu'on ne te donne pas, un bébé un peu petit qu'on met en couveuse ou qui doit attendre que tu sortes de la salle de réveil, un papa qui n'a pas forcément le droit d'être près de toi (pour la 1ère oui, pour la seconde non). Bref, pourquoi c'est pas comme à la télé ? Pourquoi c'est pas que du bonheur. Alors oui comme toi je me dis j'ai eu de la chance de tomber enceinte, de mener mes bébés presque à terme, y'a pire. Mais c'est important d'accepter qu'on a vécu quelque chose de douloureux et qu'on a le droit d'en parler. En parler pour aller mieux.

    Plein de bises à toi et bravo pour ton courage, bravo à toi et à ta mini pour avoir tenu le coup ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh Dorothée tes mots me touchent beaucoup. C'est pas tant que je minimise, c'est surtout que je me dis qu'on a de la chance finalement de les avoir prés de nous et d'avoir échappé au pire. C'est sure que toi aussi ça n'a pas du être facile à vivre. Mais elles sont là, belles comme des coeurs et avec toi. Je t'embrasse. A bientot j'espère.

      Supprimer
  15. hum, il m'a fallu attendre son 4ème anniversaire pour ressentir moins de douleurs quant au jour de sa naissance (j'ai failli y perdre la vie)
    ces douleurs guérissent mal.
    mais, nous sommes là
    votre famille aussi !
    et l'essentiel est bien là

    cecy (zoumdam.wordpress.com)

    RépondreSupprimer
  16. Je viens ton lire ton texte si émouvant... mes 2 accouchements n'ont pas été simples, donc je comprends... et c'est certain que ça laisse des traces et que partager permet d'exorciser... J'espère que le temps effacera les souvenirs douloureux!

    RépondreSupprimer